Hiatus du Pont

Chers amis, ce soir je partage avec vous une pépite… ( merci JY)
Le passage du poteau en vainqueur de Hiatus du Pont, le 2ème « du Pont » de la lignée qui en compte aujourd’hui plus de 1230…
Hiatus du Pont, né en 1951, fils de Quiroga II et Ursuline IV, la jument de base de l’élevage « du Pont » remportait le 6 février 1955, le Prix Camille de Waziéres, monté par Michel Marcel Gougeon, pour les couleurs d’Albert Rayon, ma casaque aujourd’hui.
Ursuline IV a donné Jacinthe du Pont (1953) qui a donné Volubilis du Pont (1965) qui a donné Kama du Pont (1976) qui a donné Alba du Pont (1988) qui a donné Pacha du Pont (2003) qui est mon père !!!
Bon sang ne saurait faillir…
Merci à Albert et Jean-Yves Rayon et leurs équipes sans qui tout cela ne serait jamais arrivé.

7D959DE3-942F-40ED-899F-6BE73EADB945



Cyrano du Pont

J’ai décidé de débuter cette nouvelle rubrique en vous présentant Cyrano du Pont (Kubler L – Kissy LT), un magnifique mâle noir né en 1968. Si vous lisez l’article ci-dessous, vous découvrirez que Cyrano du Pont, vainqueur de la course principale de cette journée du Croisé-Laroche, avait déjà remporté la course principale une semaine plus tôt à La Capelle, et j’y étais ! Sous un déluge de pluie, seul mon père et moi sommes restés en bas de la tribune, sous la pluie, pour encourager Jean-Yves au sulky de Cyrano du Pont, tout au long de la ligne droite ! J’ai du mal à dater précisément cet article, mais cela devait être en 1974 / 1975… 

Vous lirez également que dans la course précédente, Jean-Yves avait failli l’emporter avec Erou du Pont (Horus L – Veronique du Pont).

Cyrano du Pont

 



Baccarat du Pont (les du Pont d’Antan)

Si il n’y avait qu’un nom à citer pour présenter l’écurie Rayon, je pense que celui de Baccarat du Pont rallierai beaucoup de suffrages. En effet, ce phénomène a d’abord réalisé une excellente carrière en course, réalisant une saison 1995 – 1996 exceptionnelle avec 7 succès en 8 tentatives dans des courses de niveau « Tiercé », révélant au passage un jeune driver nommé Jean-Michel Bazire, excusez du peu. Puis comme étalon, il a eu une toute aussi belle carrière, se classant 5ème étalon en France en 2009 par les gains de ses produits, et dans les 10 premiers de 2009 à 2013. Une page spéciale lui est réservée, retrouvez-là en cliquant ici



Italia du Pont

Italia du Pont a disputé toutes les classiques réservées aux jeunes, une catégorie spéciale lui ai donc logiquement réservée, visitez-la en cliquant sur le lien : ici

 



Gino Dop

Gino Dop (Tiburce II – Normale D) n’est pas un pur produit de l’élevage du Pont, mais il m’a laissé lui aussi de nombreux beaux souvenirs. Né le 30 janvier 1972, sa mère Normale D était passée par l’élevage du Pont puisqu’en 1966, elle avait produit Ara du Pont (Tigre Royal). Elle l’a quitté ensuite et son produit suivant (1969) s’est appelé Dop, puis après un petit écart de nom en 1970 (Ecubéen), ses 7 autres produits ont porté le suffixe Dop, dont 3 ont couru avec Jean-Yves Rayon : Gino Dop, Jalna Dop et Katia Dop.

Gino Dop était un cheval accrocheur qui a souvent disputé des arrivées très pointues (voir les photos ci-dessous). Il a remporté un Groupe II, le Prix Gaston Brunet. Il a eu une courte carrière d’étalon avec 80 produits dont Amiral de Crassy (114 825 €) et Pluvier de Grilly (84 381 €). Il est mort le 4 décembre 1991.

1977 Gino Dop (1)

1977 Gino Dop Prix de Verneuil

1977 Gino Dop



Epinette du Pont

Epinette du Pont (Workaholic – Mazinette), née le 16 mars 1992, et morte le 13 septembre 2012, ne fut pas une grande compétitrice, bien qu’elle ait accumulé plus de 66 000 € de gains, et un record attelé de 1’14″8, mais elle a sa place dans cette rubrique pour la qualité de sa reproduction. En effet, elle est la mère de Mon Epi du Pont, Napolitain du Pont, Quel Epi du Pont, Sapin du Pont, Tamaris du Pont, Uquinette du Pont, Acacia du Pont et Civette du Pont. Ces 8 produits (sur 11 naissances) ont accumulés plus de 500 000 € de gains.

1995 Epinette du Pont



Elentine

Avec Elu du Magnet et Equilibriste, la génération de 1970 a compté la bonne Elentine (Luth Grandchamp – Halentine L).Pour voir l’image en entier, cliquez dessus.

1977 Elentine



Fubler

Un peu en dessous des 4 compères (Fruit Rose, Fevaron, Falifiemel et Frangibus), la génération de 1971 comptait également un certain Fubler (Kubler L – Noumea). Pour voir la photo, cliquez dessus.

1977 Fubler



Falifiemel

On termine (après une longue pause) cette série des F (génération de 1971) avec Falifiemel (Paleo – Une Qualifiée M). C’était le plus rapide des 4 (Fruit Rose, Fevaron et Frangibus) puisque son record attelé était de 1’17″5, plus qu’honorable pour l’époque. Il est d’ailleurs resté longtemps le plus rapide de l’écurie, il sera détrôné de cette place quelques années plus tard par la classique Italia du Pont (1’16″4).

 1977 01 Falifiemel et Fevaron

1977 Falifiemel et Fruit Rose

1977 Falifiemel



Frangibus

Après la pause de Noël, reprenons la présentation des « du Pont » d’antan en poursuivant cette fameuse génération des F de 1971 avec Frangibus, un fils de Ruy Blas IV et Reine de Saba. Tout comme ses compagnons de box (Falifiemel, Fruit Rose et Févaron, lui aussi a atteint la catégorie tiercé.

1976 Frangibus et Févaron

 1976 Frangibus

1977 01 Frangibus (1)

1977 Frangibus Prix de Quimper



123

zestjacksband66 |
SuperFlorilège |
land61 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES CREATIONS DE MUMU
| les broderies en follie
| lesmainsdefees