Baccarat du Pont (les du Pont d’Antan)

Si il n’y avait qu’un nom à citer pour présenter l’écurie Rayon, je pense que celui de Baccarat du Pont rallierai beaucoup de suffrages. En effet, ce phénomène a d’abord réalisé une excellente carrière en course, réalisant une saison 19995 – 1996 exceptionnelle avec 7 succès en 8 tentatives dans des courses de niveau « Tiercé », révélant au passage un jeune driver nommé Jean-Michel Bazire, excusez du peu. Puis comme étalon, il a eu une toute aussi belle carrière, se classant 5ème étalon en France en 2009 par les gains de ses produits, et dans les 10 premiers de 2009 à 2013. Une page spéciale lui est réservée, retrouvez-là en cliquant ici



Italia du Pont

Italia du Pont a disputé toutes les classiques réservées aux jeunes, une catégorie spéciale lui ai donc logiquement réservée, visitez-la en cliquant sur le lien : ici

 



Gino Dop

Gino Dop (Tiburce II – Normale D) n’est pas un pur produit de l’élevage du Pont, mais il m’a laissé lui aussi de nombreux beaux souvenirs. Né le 30 janvier 1972, sa mère Normale D était passée par l’élevage du Pont puisqu’en 1966, elle avait produit Ara du Pont (Tigre Royal). Elle l’a quitté ensuite et son produit suivant (1969) s’est appelé Dop, puis après un petit écart de nom en 1970 (Ecubéen), ses 7 autres produits ont porté le suffixe Dop, dont 3 ont couru avec Jean-Yves Rayon : Gino Dop, Jalna Dop et Katia Dop.

Gino Dop était un cheval accrocheur qui a souvent disputé des arrivées très pointues (voir les photos ci-dessous). Il a remporté un Groupe II, le Prix Gaston Brunet. Il a eu une courte carrière d’étalon avec 80 produits dont Amiral de Crassy (114 825 €) et Pluvier de Grilly (84 381 €). Il est mort le 4 décembre 1991.

1977 Gino Dop (1)

1977 Gino Dop Prix de Verneuil

1977 Gino Dop



Epinette du Pont

Epinette du Pont (Workaholic – Mazinette), née le 16 mars 1992, et morte le 13 septembre 2012, ne fut pas une grande compétitrice, bien qu’elle ait accumulé plus de 66 000 € de gains, et un record attelé de 1’14″8, mais elle a sa place dans cette rubrique pour la qualité de sa reproduction. En effet, elle est la mère de Mon Epi du Pont, Napolitain du Pont, Quel Epi du Pont, Sapin du Pont, Tamaris du Pont, Uquinette du Pont, Acacia du Pont et Civette du Pont. Ces 8 produits (sur 11 naissances) ont accumulés plus de 500 000 € de gains.

1995 Epinette du Pont



Elentine

Avec Elu du Magnet et Equilibriste, la génération de 1970 a compté la bonne Elentine (Luth Grandchamp – Halentine L).Pour voir l’image en entier, cliquez dessus.

1977 Elentine



Fubler

Un peu en dessous des 4 compères (Fruit Rose, Fevaron, Falifiemel et Frangibus), la génération de 1971 comptait également un certain Fubler (Kubler L – Noumea). Pour voir la photo, cliquez dessus.

1977 Fubler



Falifiemel

On termine (après une longue pause) cette série des F (génération de 1971) avec Falifiemel (Paleo – Une Qualifiée M). C’était le plus rapide des 4 (Fruit Rose, Fevaron et Frangibus) puisque son record attelé était de 1’17″5, plus qu’honorable pour l’époque. Il est d’ailleurs resté longtemps le plus rapide de l’écurie, il sera détrôné de cette place quelques années plus tard par la classique Italia du Pont (1’16″4).

 1977 01 Falifiemel et Fevaron

1977 Falifiemel et Fruit Rose

1977 Falifiemel



Frangibus

Après la pause de Noël, reprenons la présentation des « du Pont » d’antan en poursuivant cette fameuse génération des F de 1971 avec Frangibus, un fils de Ruy Blas IV et Reine de Saba. Tout comme ses compagnons de box (Falifiemel, Fruit Rose et Févaron, lui aussi a atteint la catégorie tiercé.

1976 Frangibus et Févaron

 1976 Frangibus

1977 01 Frangibus (1)

1977 Frangibus Prix de Quimper



Févaron

Poursuivons cette belle génération des F de 1971 avec un hongre alezan puissant que j’adorai : Févaron (par Queronville LB et Nevada IV par Fandango). Il a fréquenté la catégorie tiercé avec pas mal de réussite, établissant un record attelé de 1’18″5.

Il a permis à Jean-Yves Rayon de réaliser une prouesse assez exceptionnelle : remporter 2 années consécutives la même course, à plus de 40/1 ! En effet, je vous ai présenté dans cette rubrique Duc de Feulavoir, vainqueur en 1975 du Prix du Temple à Enghien, à la cote de 49/1, et bien l’année suivante, Jean-Yves Rayon remporte ce même prix du Temple, avec Févaron, à la cote de 42/1.

1976 Fevaron Prix du Temple (1)

1976 Fevaron Prix du Temple photo

1976 Fevaron Prix du Temple

1977 Fevaron Prix de Chateaurenard (1) photo

1977 Fevaron Prix de Chateaurenard (1)

1977 Fevaron Prix de Chateaurenard

1977 Fevaron

1978 Fevaron Prix de la Tierache



Fruit Rose

Fruit Rose était un beau mâle bai de 1m61, né le 16 juin 1971, fils de Ruy Blas IV et Rose Marie. Il a eu une belle carrière en course, fréquentant plusieurs fois la catégorie tiercé avec un peu de réussite, établissant son record attelé en 1’20″9.

A l’âge de 7 ans, il est devenu étalon pour l’élevage Rayon. De 1978 à 1992, il a produit à 259 reprises, dont 89 se sont qualifiés et 83 ont pris des gains. Sur ces 259 produits, 30 ont porté le label « du Pont » et 18 se sont qualifiés, totalisant 684 000 € de gains. Ses meilleurs produits (> 100 000 € de gains) furent le classique Pélican du Pont (258 453 €, 4ème des Critérium des 3 et 4 ans, vainqueur de 3 Groupe II) qui eut une belle carrière en course et fut lui aussi étalon, et Sugar du Pont (204 396 €). Fruit Rose a produit 3 étalons et 75 poulinières. Fruit Rose s’est éteint le 23 juillet 1993.

A suivre l’évocation de la belle carrière de ses compagnons d’écurie de la même génération Févaron, FalifiemelFrangibus et dans une moindre mesure Fubler

1975 08 21 Fruit Rose Prix de Savoie (1)

1975 08 21 Fruit Rose Prix de Savoie

1975 Fruit Rose Prix de Milan (1)

1975 Fruit Rose Prix de Milan

1975 Fruit Rose Prix de Reims



123

CRA |
FRANCOIS CARDINAL |
éCampionissimo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pétanque Club des Trois Ave...
| windjammer
| KART'Max