D’Artagnan du Pont : le joli mousquetaire !

12 mars 2022 : Le bel alezan a rejoint le Berry et les boxes de Constance, et comme toujours, c’est sa nouvelle propriétaire qui en parle le mieux : « D’Artagnan du Pont est arrivé chez moi en octobre de l’année dernière. Je voulais simplement vous faire un petit retour sur nos avancées et sur son parcours depuis que je l’ai en ma possession. J’ai pu découvrir un petit cheval extrêmement curieux, franc et qui adore passer du temps avec sa cavalière. Nous avons pu avancer sur un petit peu de trek, de belles balades en forêt, des passages de rivière et surtout les premières foulées au galop. Nous faisons aussi beaucoup de travail en liberté et il adore ça (il est très réceptif). Tout ça pour dire que je pense qu’il adore sa nouvelle vie, entouré de copains, de grandes prairies et de foin à volonté (il est très gourmand !). Il a vraiment un super caractère et il est vraiment généreux ! Et bien sachez qu’il est dans une maison 5 étoile ! Il a vu l’ostéopathe il y a peu, ça lui a fait un grand bien ! On travaille aussi la souplesse car ce n’est pas son fort.. j’ai aussi dû trouver un bon maréchal pour un pied, il avait besoin d’une remise en forme. Il est maintenant pied nu, le maréchal travaille pour retrouver un bon aplomb ».

Image de prévisualisation YouTube

F44BB95D-B002-4BDD-AC98-A9BF58797210

25 juillet 2020 : la nouvelle vie de D’Artagnan du Pont

Je viens d’être contacté par René, directeur d’un centre médical et pédagogique pour adolescents à Paris, breton d’origine, mais surtout propriétaire et passionné de chevaux. René est le nouveau propriétaire de D’Artagnan du Pont et voici ce qu’il en dit : « c’est un cheval intelligent, que je vais orienter en cheval de loisirs pour de longues balades en forêt et sur les plages bretonnes… ». En lisant ces mots, on ne peut que se réjouir de l’arrivée de D’Artagnan du Pont chez René. Voici quelques photos transmises par René :

5C039500-11D5-4D66-A8A5-F883BD522740

C4AAFC76-512D-4C9C-8A94-23E02E18C8C3

3CE4B047-C908-4EA1-A43C-CA02E58BC4AC

31EA9C0A-BD2C-4637-BC52-B3B04D077AA2

14 avril 2020 : les très belles photos de Cécile Defruit 

8089C83F-FD51-4D58-9790-6E433F0257A3

B53230BE-AC11-47E3-8CBC-37B9CAD27975
CFBE104C-64E8-4FA6-B331-DE57E19C66DB

Les résultats de D’Artagnan du Pont, carrière complète (arrêté au 16 août 2018) puis par année :

2018 18 19 Stat

2018 (au 16 août) :

2018 18 19 Stat 2018

8 avril 2018 à Rambouillet : merci à Passioncourseshippiq

EF3F9679-F0BA-479B-BAA6-C90FF18E962E

7B6D1027-077E-4233-B531-07C558F78F2E

2017 :

2018 18 19 Stat 2017

15 décembre 2017 :

Il l’a fait ! D’Artagnan du Pont, le miraculé, a triomphé à Vincennes et de belle manière !

Lors d’une de mes visites à la Ferme du Pont (le 3 septembre 2013, voir ci-dessous), Albert Rayon m’avait confié espèrer voir un jour son D’Artagnan du Pont courir à Vincennes… Vous comprendrez en lisant son histoire ci-dessous.

Ce désir fut exaucé dès juin 2016, même si Albert, décédé en 2014, n’a pu y assister, mais j’aime à penser qu’aujourd’hui, il l’a vu triompher à Vincennes. Un grand bravo mon joli mousquetaire !

Vincennes - C1 - 15/12/2017

Le reportage complet de cette magnifique victoire : ici

17 avril 2017 :

Uune magnifique photo de Jean-Michel Garnier.

2017 04 18 D'Artagnan du Pont

2016 :

D’Artagnan du Pont n’a pas encore ouvert son compteur de victoires, mais il progresse régulièrement au monté et vient de signer deux belles 2ème place à Vincennes sur la petite piste. 

2018 18 19 Stat 2016

8 mai 2016 :

Pour ses grands débuts en compétition, sous un délicieux soleil à La Capelle, D’Artagnan du Pont, drivé par son mentor JY.Rayon), termine 9ème. Vite attardé après un départ lent en 2ème ligne derrière l’autostart, D’Artagnan du Pont (48/1) a commis une faute à l’entrée du dernier tournant, alors qu’il avait recollé au peloton, et a terminé à distance des premiers. Pour voir la course : ici. Il établit son premier record en 1’19″1. 

30 avril 2016 :

D’Artagnan du Pont était au départ du Prix Champagne FM à Reims ce jour, il a finalement était déclaré non partant. Nous attendrons donc encore un peu avant de le voir débuter. 

22 avril 2016 :

D’Artagnan du Pont est à Grosbois, et il commence à apparaître dans les listes d’engagés !

Le rêve d’Albert Rayon, prononcé devant moi un soir de septembre 2013, à savoir de voir D’Artagnan du Pont en course, sera donc en partie réalisé…. Albert le regardera de la haut, j’en suis certain !

En attendant, la sympathique Marie M m’a envoyé quelques photos de D’Artagnan du Pont, et je dois avouer qu’il semble en pleine forme ! (la 5ème ci-dessous est ma préférée…). Un grand merci à Marie, en selle ce dimanche à Rambouillet sur Vanille du Pont, bonne chance à toutes les deux ! 

D'Artagnan du Pont 22 avr 2016 1

D'Artagnan du Pont 22 avr 2016 2 resize

D'Artagnan du Pont 22 avr 2016 3 resized

D'Artagnan du Pont 22 avr 2016 4

D'Artagnan du Pont 22 avr 2016 5

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

L’histoire de D’Artagnan du Pont :

Il est né le 1er mars 2013, de l’union de Magnificient Rodney et Ma Soirée du Pont, et il ne pouvait que s’appeler D’Artagnan du Pont.

En effet, sa regrettée mère, Ma Soirée du Pont (Blason Clayettois - Soirée du Pont), qui a d’abord donné naissance à :
Rumba du Pont (Ismaël du Pont) en 2005, 
Tesaco du Pont (Kesaco Phedo) en 2007,
Une Soirée du Pont (Biesolo) en 2008,
a ensuite enchaîné en mettant au monde des jumeaux, fait rare chez les chevaux, savamment baptisés :
Athos du Pont (†) et Aramis du Pont (Kesaco Phedo) en 2010,
puis en toute logique à :
Constance du Pont (Sancho Panca) en 2012. 

Ci-dessous une photo de Ma Soirée du Pont en septembre 2012 :

Ma Soirée du Pont

Mars 2013, Ma Soirée du Pont est au box, une naissance est attendue dans les jours à venir. Gisèle (sœur de Jean-Yves)  fait son inspection quotidienne des futures mamans, à la tombée de la nuit, et elle découvre Ma Soirée du Pont visiblement en souffrance.

Gisèle informe aussitôt Loic Col, le naisseur des « du Pont ». Loic est depuis une dizaine d’année la pierre centrale de l’élevage « du Pont » : il fait naître, soigne, élève, débourre, et forme les chevaux de l’écurie avant leur départ à l’entrainement à Grosbois, et c’est également lui qui les reprend pour les phases de repos et de remise en forme.

Ci-dessous Loic seul puis avec Gisèle :

Loic     Gisèle et Loic

Loic diagnostique rapidement le problème : Ma Soirée du Pont souffre de coliques, souvent fatales aux chevaux. Complication supplémentaire : en 2010, Ma Soirée du Pont a déjà gardé quelques séquelles en mettant au monde des jumeaux…

La nuit est tombée, le très dévoué vétérinaire de l’élevage est contacté et il faut emmener en urgence Ma Soirée du Pont à la clinique proche. Dès son arrivée sur place et après que les premiers soins aient été vite prodigués à la future maman, le verdict implacable tombe : Ma Soirée du Pont ne verra jamais son poulain, elle s’éteint même avant que le travail n’ai pu commencer, et le petit D’Artagnan du Pont sera sorti par césarienne, 3 semaines avant terme.

Albert Rayon, sa fille Gisèle et Loic décident alors que le petit prématuré doit vivre coûte que coûte (dans tous les sens du terme…). D’Artagnan du Pont sera pris en charge 24h sur 24h pendant plusieurs semaines, d’abord par deux jeunes filles de la clinique vétérinaire qui vont lui donner les nombreux soins dont il a grandement besoin, puis par l’équipe de la ferme du Pont. Tout le monde est mobilisé pour le petit D’Artagnan du Pont : il est d’abord nourri au biberon, puis on lui trouve une nourrice, ce qui ne fut pas une mince affaire. Remy m’a fait parvenir les photos d’un de ses premiers biberon :

IMG_3900  IMG_6703

IMG_1286

IMG_1536

IMG_6928

IMG_7042

Voici quelques photos de D’Artagnan du Pont et de sa nourrice prises le 3 septembre 2013 : D’Artagnan du Pont est alors âgé de 6 mois.

IMG_8211    IMG_8217

IMG_8216    IMG_8219

Mais D’Artagnan du Pont va encore vivre une mésaventure : il grandit, et pour se nourrir auprès de sa nourrice de petite taille, il prend une position qui va lui occasionner une petite déformation d’un antérieur. Heureusement, Loic le détecte et lui prodigue aussitôt les soins adéquats qui lui vaudront quand même une petite intervention de consolidation.

Je suis passé revoir D’Artagnan du Pont le 19 février 2014, il va donc fêter son premier anniversaire dans quelques jours. Il va bien, est vif et robuste. Il n’a plus besoin de sa nourrice, mais Loic l’a conservée au pré : elle est et restera la maman adoptive du petit D’Artagnan du Pont, sa place est donc à la Ferme du Pont.   

Voici quelques photos de D’Artagnan du Pont prises le 19 février 2014 :

IMG_8820     IMG_8826

IMG_8825     IMG_8827

3 octobre 2014, D’Artagnan du Pont a grandi, il a maintenant 19 mois, et il est magnifique,n’est-ce pas ?

IMG_0651p

IMG_0679p

Et le voici à 2 ans et un mois, une photo prise sur la piste d’entrainement de la Ferme du Pont, et envoyée par Alex. D’Artagnan du Pont est magnifique et aux dires d’Alex, il trotte !

D'Artagnan du Pont 6 mai 2015

Et comme pour confirmer, D’Artagnan du Pont s’est qualifié le 16 juillet 2015 à Caen en trottant en 1’21″3. La belle histoire continue, la prochaine étape sera ses grands débuts en course !

Les champions au trot en 2021

C’est l’heure des bilans, et la presse hippique a publié les différents vainqueurs par catégorie, ils méritent tous nos plus sincères félicitations ! Un de ces bilans a attiré mon attention, celui des amateurs au trot attelé (source 24H au Trot) :

C67A33A0-594C-43EE-B63C-DECC47F340ED

Entre 1966 et 1970, Jean-Yves Rayon a été sacré 5 fois champion de France amateur, totalisant 250 victoires (sources listées ci-dessous). Ceci valide effectivement un minimum de 50 victoires en une année. Une autre source cite 100 victoires sur les 2 dernières années, ce qui valide à nouveau ce minimum de 50 victoires en une année, qui reste donc le record à battre !

Sources (extraits) : 

http://torontopat.unblog.fr/2019/06/11/la-saga-de-lelevage-rayon/

http://torontopat.unblog.fr/2017/06/12/la-fin-dune-magnifique-histoire/

Et pour les trotteurs :

BBD07800-470F-449A-9BC2-6F09FCBF2C23

6EF6F6BE-A018-4C20-8C12-FCFAEF44E151

Les Poulinieres « du Pont »

Ce classement est établit par ordre décroissant des gains des produits « du Pont« . La liste ci-dessous reprend les mères dont les produits ont totalisé plus de 350 000 € de gains. Les noms surlignés de jaune représentent les mères encore en activité à l’élevage du Pont, les noms surlignés d’orange représentent les mères en activité à l’extérieur, et/ou dont des produits courent encore. Dernière mise à jour : 25 février 2021.

2021 02 25 Les poulinières

Les 5 premières en détail :

Laguna du Pont (21 720 € – 1’16″1) est née le 21 avril 1999. Cette fille de Pélican du Pont (Fruit Rose – Bragance) et Rolls du Pont (Granit – Girl Blanche) a donné 7 produits « du Pont » dont le champion Davidson du Pont, mais aussi Alpha du Pont, Coccinelle du Pont, Etre du Pont, Berline du Pont, Soraya du Pont et Goldwing du Pont.

Laguna du Pont a quitté l’élevage du Pont et a donné naissance à Haguna du Coquerie (2017), Ignace Coquerie (2018 – qualifié), un fils de Booster Winner, et je ne résiste pas à publier la photo ci-dessous de ce magnifique modèle (merci à Damien pour m’avoir alerté…) et Kador de Coquerie (2019).

E931368D-6E3B-4199-B248-A5D61F271487

Hirondelle du Pont est née le 21 mars 1973. Cette fille de Ruy Blas IV (Kerjacques – Janna) et Va Belle du Clos (Carioca II – Icone de Grandchamp) a donné 10 chevaux dont 6 qualifiés qui ont accumulé 1 611 175 € de gains. Citons :

     – Courlis du Pont en 1990 (Opus Dei) : 1’12″7 attelé – 1’14″9 monté – 1 282 744 € – 4 victoires de Groupe I

     – Urbu du Pont en 1986 (Jacques des Blaves) : 1’16″8 attelé – 168 176 €

     – Serin du Pont en 1984 (Reza Grandchamp) : 1’17″1 attelé – 73 623 €    

     – Quetzal du Pont en 1982 (Induit) : 1’20″ attelé – 41 862 € 

Hirondelle du Pont s’est éteinte le 23 février 1996 à l’âge de 23 ans.

Alba du Pont est née le 3 avril 1988. Cette fille de Le Loir (Chambon P – Chérie du Loir) et Kama du Pont (Volubilis du Pont – Bragance) a donné 14 chevaux (dont 1U et 1V) dont 7 qualifiés qui ont accumulé 1 560 398 € de gains.

Citons :

     – Jalba du Pont en 1997 (Baccarat du Pont) : 1’11″ attelé – 1’14″8 monté – 795 172 € – 2 victoires de Groupe II

     – Lalba du Pont en 1999 (Baccarat du Pont) : 1’13″ attelé – 1’13″9 monté – 334 780 €

     – Pacha du Pont en 2003 (Baccarat du Pont) : 1’14″ attelé – 1’13″9 monté – 238 370 €

     – Quenza du Pont en 2004 (Baccarat du Pont) : 1’13″8 attelé – 161 920 €

Alba du Pont s’est éteinte en hiver 2018.

Violetta du Pont (139 841 € – 1’15″9 attelé) est née le 24 février 1987. Cette fille de Lurabo (Ura – Quel Boum C) et Kama du Pont (Volubilis du Pont – Bragance) a donné 9 chevaux (dont 1U) dont 7 qualifiés qui ont accumulé 979 969 € de gains. Citons :

     – Kenya du Pont en 1998 (Baccarat du Pont) : 1’12″ attelé – 1’16″7 monté – 354 120 € – 1 victoire de Groupe I

     – Pétunia du Pont en 2003 (Baccarat du Pont) : 1’12″8 attelé – 226 355 €

     - Soprano du Pont en 2006 (Baccarat du Pont) : 1’13″2 – attelé – 215 550 €

     - Othello du Pont en 2002 (Baccarat du Pont) : 1’13″8 attelé – 111 470 €

Pour revoir Violetta du Pont en course : http://www.youtube.com/watch?v=hNaipnCN5U0&feature=BFa&list=ULs_GMmCuTaZQ&index=7

Jamaicaine du Pont est née le 16 mars 1997. C’est une fille de Workaholic (US) et Tzigane du Pont (Vallauris du Pont – Mantille du Pont) a donné 10 produits dont 8 qualifiés qui ont accumulé 629 059 € de gains. Citons :

     - Uraba du Pont en 2008 (Dahir de Prélong) : 1’12″7 – 210 250 €

     - Rasta du Pont en 2005 (Ismaël du Pont) : 1’13″3 – 178 485 €

     - Cyrano du Pont en 2012 (Look de Star) : 1’13″5 monté – 158 950 €

     - Tamara du Pont en 2007 (Go Lucky) : 1’14″3 – 104 054 € 

A noter que Kama du Pont (14 avril 1976 – 24 juillet 1998) qui se classe au 10ème rang en tant que mère avec 585 765 € de gains, a donné, entre autre, Alba du Pont, Dona du Pont et Violetta du Pont, ce qui lui permet de totaliser plus de 2,8 millions de gains en tant que grand-mère. Un petit clin d’œil avec cette photo envoyée par Karin Johansson : Marguerite qui tenait compagnie à Kama du Pont :

2021 02 24 Marguerite

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Un petit clin d’œil aux poulinières « du Pont » qui ont quitté les prés de l’élevage du Pont et dont les nouveaux propriétaires me font le plaisir de m’envoyer des nouvelles.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Orchidée du Pont (Baccarat du Pont – Tendresse du Pont) a produit 3 fois pour l’élevage du Pont (Camélia, Dahlia et Elisée) avant de rejoindre l’élevage Lomig, où elle vient de faire naître son 4ème « Lomig » (Hortensia Lomig qui « devrait débuter en juin 2020 » , Isidor Lomig pour qui « tout va bien, son entourage est satisfait pour l’instant », Justice Lomig « disponible à la vente » et K’Un Amour Lomig). Les commentaires de Margaux sont du 8 mai 2020.

Voici une très jolie vidéo gentiment partagée par son éleveur ou Orchidée du Pont s’amuse avec l’eau de son abreuvoir (cliquez sur l’image) :

Image de prévisualisation YouTube

Et voici les photos du petit K’Un Amour Lomig né le 11 mars 2020, il est tout mignon !

B1B0B59D-4D19-4FF0-9667-FCD555BEED90

05A74A69-73A2-417D-9191-57C37A893E69

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Cendrilla du Pont (Vallauris du Pont – Rasmina du Pont) a produit 10 fois, 7 ce sont qualifiés dont le talentueux Quopeck. Son dernier produit (2010), Atara (Quatre Juillet) elle aussi poulinière, a été acquise par Irina et Thierry (élevage du Rochel) et leur a donné Jagger Rochel (Doller Macker).

Atara lors de son arrivée chez Irina :

6340FAE6-7C13-498C-BDFE-532748B52157

Irina m’a contacté (4 mai 2020) et s’est montré très enthousiaste et passionnée envers ce magnifique poulain (photo et vidéo ci-dessous). 

56670FB5-D7D3-4B43-A798-D7DB632F096F

Image de prévisualisation YouTube

Je suis toujours très heureux de retrouver les descendances des « du Pont » et j’espère recevoir de temps en temps des news à vous transmettre…

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

26 mai 2021 : merci à Frédéric de me fournir des nouvelles de la descendance de Babylone du Pont, respectivement In Love Passion (tardive, en préparation pour porter l’homme), Jag Passion (qui semble prêt à tenter la qualification) et le petit dernier Lewis Passion (qui pose fièrement pour la photo).

F6826923-0041-4E04-B063-5F7FE695E387

9A108FE0-0EBE-4FCF-9C22-875C3E7BC332

7DA8450C-7618-4D3A-AC99-B2668567D71D

10 avril 2021 : cette année, Babylone du Pont a donné un joli petit Lewis Passion, fils de Fifty Kalouma, avec sa belle robe et ses longues jambes de futur trotteur.

F2F03002-3560-40BF-8837-1C68A293F350

7C5A06C6-E443-41B2-B0FC-43C3055617A4

Babylone du Pont (février 2019) est pleine de Cash and Go, elle fait le bonheur de Frédéric qui me donne fréquemment de ses nouvelles. En 2018, elle a donné naissance à un petit Bosster Winner (In Love Passion) et avait perdu en 2017 (au sevrage) une petite Coktail Jet nommée Happy Passion

Voici Babylone du Pont aujourd’hui puis en course il y a quelques années…

52126757_238959170388477_6661441963394334720_n

52434275_622575444867551_7068338085456510976_n

Mai 2019 : des nouvelles de Babylone du Pont : Frédéric m’a envoyé 2 photos du poulain qui vient de naître (Cash and Go) que je partage avec vous :

2019 05 28 - Babylone du Pont 1

2019 05 28 - Babylone du Pont 2

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Leva du Pont (mai 2017, pleine de Boccador de Simm) :

Leva du Pont 1

Leva du Pont 2

Leva du Pont 3

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

12 juin 2017 : Océane du Pont :

Il y a 3 mois, un nouvel ami, Franck, écrivait :

« Un de mes amis a acquis récemment Océane du Pont, et je l’ai récupéré a la maison. Elle va pouliner de Quinoa du GersC’est une jument pas particulièrement grande mais d’un modèle magnifique, et d’une gentillesse et d’une douceur rare pour une trotteuse. C’est la plus cool du troupeau. »

201703 06 Oceane du Pont

 

J’ai bien évidemment pris des nouvelles, et Franck m’a recontacté il y a quelques jours avec le message suivant :

« Océane du Pont nous a fait une superbe pouliche de Quinoa du Gers en mai. Elle a quitté mon pré fin mai pour aller en Normandie rencontrer Otello PierjiMalheureusement, le haras m’a appelé jeudi après midi pour me dire qu’elle était en colique…. Nous l’avons fait emmener en clinique. Malheureusement, en état de choc il n’y avait plus rien à faire. Elle nous a donc quitté jeudi soir. Nous sommes très tristes.
Déjà car j’étais heureux et fier d’avoir dans mes prés une poulinière issue de l’élevage de Mr RAYON, et surtout c’était une poulinière au caractère exceptionnel, tellement douce et attentionnée que c’était la première jument dont je laissai ma fille de 9 ans s’en occuper.
La pouliche étant âgée d’à peine un mois, mais étant d’un gros modèle, l’adoption semble compliquée, et nous avons opté de la placer à la jumenterie de la Brussardière dans le 17. Si une adoption par une poulinière n’est pas possible, il s’en occuperont jusqu’au sevrage. »

Cette triste histoire me fait bien évidemment penser à Ma Soirée du Pont et son fils D’Artagnan du Pont… souhaitons une aussi belle issue !

Océane du Pont et sa pouliche juste avant son départ :

2017 06 10 Oceane du Pont

Février 2018

Cette fois, c’est le propriétaire de la regrettée Océane du Pont qui m’a envoyé des photos de la petite Hinoa Delux, qui se porte à merveille comme vous pourrez le constater :

Hinoa Delux 1

Hinoa Delux 2

Hinoa Delux 3

Hinoa Delux 4

Hinoa Delux 5

27 février 2019 : Hinoa Delux part au débourrage, que tout aille pour le mieux !

2019 02 27 Hinoa1

2019 02 27 Hinoa3

2019 02 27 Hinoa 2

What do you want to do ?

New mail

Les Poulinieres
What do you want to do ?

New mail

 dans Les Poulinières
What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Indira du Pont, la fille de Jalba !

16 décembre  2020 : des nouvelles d’Indira du Pont qui est aujourd’hui stationnée au Haras du Carnois, elle est entraînée par W. De Bruycker pour les couleurs de son propriétaire Serge. Elle est engagée à Caen le 27 janvier…

Image de prévisualisation YouTube

16 mars 2020 : des nouvelles de la belle Indira du Pont, merci Serge et Élise 

6E026D99-AA42-4278-BEE7-CA41DC9F492C

13 novembre 2019 : 

Image de prévisualisation YouTube

19 octobre 2019 :

Aujourd’hui, j’ai l’immense joie de vous raconter une belle histoire d’amitié ! Evidemment, dans les belles histoires, il y a quelquefois des moments de tristesse, c’est aussi ce qui forge l’amitié… Vous le savez, si Jean-Yves Rayon a aimé, et aime tous ses chevaux, si une a été nommée sa « jument de cœur »,  on pense tout de suite à Jalba du Pont. Pour ceux qui ont besoin d’une séance de rattrapage, je vous invite à cliquer sur ce lien « ici » pour découvrir, ou se remémorer, la carrière de Jalba du Pont. Rappelons que Jalba du Pont, a donné naissances à 7 reprises :

- en 2008, Un Amour du Pont (par Love You), qui a atteint la limite d’âge (10 ans) pour courir en France, mais qui poursuit sa carrière sur l’île de Malte, chez mon ami André Farrugia. Il comptabilise à ce jour 142 035 € de gains, avec 15 victoires et 26 places (2éme et 3éme) en 88 sorties. A noter qu’il n’a été distancé qu’une seule fois, et sur incident de course. Pour en savoir plus sur Un Amour du Pont, cliquez « ici  »

- en 2009, Vanina du Pont (par Cocktail Jet), malheureusement morte avant ses 6 mois.

- en 2010, Alova du Pont (par Nice Love), qui a terminé sa carrière en course avec 198 130 € de gains, avec 10 victoires et 13 places  en 94 sorties. Elle entame cette année une carrière de poulinière, venant d’être présentée à Scipion du Goutier.

- en 2012, Chara du Pont (par Scipion du Goutier), qui avait donné quelques espoirs lors de son apprentissage, mais qui malheureusement a vite montré une fragilité au niveau des jambes, ce qui a conduit Jean-Yves à la diriger sur la reproduction sans passer par les hippodromes. Elle a donné naissance à Hercule du Pont (en 2017, par Villeroi), à Iglesias du Pont (en 2018, par Look de Star), à Johnny du Pont (en 2019, par Love You) et vient d’être présentée à Roc Meslois.

- en 2015, Falbala du Pont (par Kool de Caux), qui elle aussi a été orientée directement vers la reproduction, ayant été présentée (semble t-il un échec) à Traders en 2019, et qui vient d’être présentée à Athos des Elfes.

- en 2017, Houston du Pont (par Nice Love), qui doit être à l’entrainement en vue d’une éventuelle future qualification,

- en 2018, Indira du Pont (par The Best Madrik), un belle petite sur qui l’entourage porte ses espoirs, car née le 15 mai 2018, elle sera la dernière descendante de la belle Jalba du Pont qui nous a quitté le 16 août 2018… c’est donc d’elle que j’ai choisi de vous parler aujourd’hui.

Tout d’abord, voyons quelques photos d’Indira du Pont avant son passage chez le coiffeur… Ces photos ont été prises par un excellent ami de Jean-Yves, Serge Paez, qui n’est pas un novice chez les trotteurs, ayant lui même drivé (Edison Quare, Breton Normand, ..), et étant aujourd’hui très impliqué dans plusieurs carrières de chevaux (dont le bon Christo (chez Michel Lenoir) et Gavroche Star (chez Franck Lenoir). Quand je vous parle d’amitié…

Indira 9

 Indira 10Indira 11

Indira 12

Indira 13

On peut penser que Serge avait quelque chose en tête quand il a pris ces photos, car il vient se porter acquéreur à 100% de la belle Indira du Pont, ce qui doit enchanter Jean-Yves, soyons-en certains ! Je souhaite donc une très belle réussite à Indira du Pont, et à mon ami Serge !!

Pour fêter cette acquisition, Serge a partagé avec moi les dernières photos, et une magnifique vidéo, de Indira du Pont, et m’a surtout donné la primeur de vous donner cette information. Merci Serge !

Indira 1

Indira 2

Indira 3

Indira 4

Indira 5

Indira 6

Grand Prix d’Amérique 2020

31 décembre 2020 : très beau reportage d’Equidia avant la course…

Cliquez ici

14 février 2020 :

90531855-E068-43DF-BE15-CF5385159708

C637FE17-E53F-4650-880B-F90817C18D4F

EC3007A3-BBE4-4B06-B0D0-E57A4D8CDBAE

B49FDD05-F4A0-49BE-AA32-9042BC42E07F

83A2BE4A-C19D-4364-A6DB-946DED7CECCF

32ED1453-D7FE-428D-BFEB-A69824E79FC3

31 janvier 2020 :

8DA110B8-6D52-4B9D-959B-5505F034BB9B

F0096D7D-8282-4440-BD87-84EC8968446E

30 janvier 2020 :

1863AA2F-5308-4214-94E0-EFFB87E4629C

26 janvier 2020 :

Réactions après courses :

Image de prévisualisation YouTube

Le heat des 3 Bazire :

Image de prévisualisation YouTube

Une intéressante comparaison d’élevage et les tableaux chronos de Province Courses :

0D8760F8-B5E8-4D3F-9861-0DC35B062870

5A47CABD-99F2-4191-A48A-EA621D77D521

CBAC10DB-D69D-44A5-8881-41FB687533BB

55B9A07D-83B4-46D9-ADDA-AC6203DF6216

73DE26E3-C897-4915-84B4-499D3544DD11

Reportage photo :

3C0CC2AA-2E82-4A16-AE97-F3DA35A5EE57

46070037-B990-469D-8B99-1D50E5A9353D

Pour plus de photo, consultez la page : https://www.facebook.com/davidsondupontofficiel/

Des nouvelles des 3 champions :

Image de prévisualisation YouTube

Equidia :

B12BF065-4F0C-4FE1-9A7E-0E12BF9B3A79

065469D8-05B7-413A-9CEC-39807DC52176

Image de prévisualisation YouTube

Olivier Villepreux dans Le Monde :

398B1B50-79C2-4923-83DF-D76E12F47BA8

Zone Turf :

B86CFB25-AC82-4B8B-89F0-9F9BB2B6989F

Paris Turf 

8618FA31-5DA4-415F-913B-F081A6980753

0F44D6D1-8701-4D07-92FE-91F38185CF90

C0D5D36A-BCB3-4DC0-AA72-00B5FCC9895B

059935D7-CF7C-47C9-9505-A7A6CBA825EB

89D4032B-2613-4FAA-A7A6-8C3516365C47

00795563-B77C-4275-B36C-FA63D4698B96

04708A5A-9B08-48BA-BC0D-01BA7DCCFD0D

260B0DF5-6597-43DE-A75A-73D8D39C4A40

353EC74D-BFC8-40D4-B1C0-54BB466DF4A0

La course :

Image de prévisualisation YouTube

JMB :

9CB815F5-9A8C-4D80-B5E9-36064EF39627
Image de prévisualisation YouTube

25 janvier 2020 :

Paris-Courses :

B0EF1AA3-94A2-483D-8A08-601A8CE8ED46

France Info :

0D3C9951-E55C-42F1-B470-5092C22225EF

D8CE79D3-5A10-443D-AE43-7ABCCFD167BD

Turf.fr :

D6B6402C-5AA4-406D-8BD3-1BA6C6796010

Alice Dubert a rendu visite à Davidson du Pont ce matin :

C8AE1EC7-388F-43A0-981A-4D51937A86BA

771E65D3-4577-4C2F-BE98-3A44D47ECDAF

7BAFFC08-B3C9-44D9-858F-0E62A426AC2B

Image de prévisualisation YouTube

Histoires de lad avec Gabriel Monthulé, dit Gaby, et son frère Hughes :

Image de prévisualisation YouTube

572AF01B-CB42-4211-8EEB-FB8FA226BE40

8F08300D-197D-43BE-AF2C-3845AF739998

L’Eperon :

A6B6DCD2-E651-4E88-BBCF-66C14B91277F

Turfomania :

BD9A7E2F-2FA2-4DAB-800E-624E79C20F64

EE301407-7D30-4F95-80BA-BC2A93F6E1D6

24 janvier 2020 :

Paris Turf :

B55EDC98-0826-4BBD-BC1E-54E1FE956B27
4A24C7C4-EAAB-4142-8621-752343436F39

66596BB1-6DBB-466A-885E-12D2C34A6914

766A9141-0270-41C0-B5E6-82001715E0C8

C444C5E2-B067-4082-AA00-76913D3F7F76

Extrait d’interview de Stefan Hultman, entraîneur de Maharajah :

45BD8DBB-FD65-493A-9CA6-ED0FCF3B4DB6

E4AF94DA-9D6A-45C4-B93E-E84F74FECC8F

1C946DA7-2A1D-4861-9A6E-3815EFB8C47E

159157B8-6C02-48E8-9ECD-3D60281AE093

Ouest France :

A1510A79-D9DA-4876-8683-E813C7A65FCA

891D6F9F-2FEF-4786-993F-B732634D2FB6

Le Trot :

70382089-92E3-41C0-9BE2-764855B29502

Province Courses :

L’édito de François Hallopé :

E2317DDB-81B3-4C24-AECD-725F1B6D47DD

1CA919E9-4372-448E-A70E-EF4AB7500EC0

B4CF409E-5A51-4BCE-A998-69B99A693FBC

48D60CF2-F353-4E77-9BE0-15DE74E4201E
L’avis de JC.Hallais :

F208CA75-4937-42B4-896F-4EF8232803C1

23 janvier 2020 : revue de presse de avant course

Paris Turf :

7BB0CD11-65F1-4063-A497-F6BD51B73677

103B6E16-8320-4EAF-9F5E-EC8926E3707E

676B3CFF-0023-47AB-8F2A-2FDF880BE3BE

669A2234-405C-4646-ADAE-EA84C6A163B4

E5FDCFB7-18DE-4D06-B764-C5EA6341CE29
0164747C-58DC-48A8-A546-A9EFF9013D9C

3381DB5E-9144-46EF-8397-D417323F94F5

23 janvier 2020 : Paris Turf

1C949557-99CF-41E8-9A2D-402A6B4069A2

22 janvier 2020 :

Alexandre Abrivard (extrait) :

996CCD39-83F9-434A-A024-30CCAA177313

Sylvain Roger, l’homme des Pommereux, s’exprime :

68E83207-7BCC-4850-976D-2D7F695A7D24

Paris Turf

47AD9706-CECE-46E8-BC01-B7A74FD6A008

86F985D6-2FB8-4061-BAB8-963B91AE4399

5F4F6E37-BF8F-4A2F-A14A-B32857DEE177

21 janvier 2020 :

Le Trot

6623040B-3D63-4577-A4C5-A6A2CC3FDBBE

Paris Turf

C26B4B7B-6BAC-435D-B9C6-7B3EC8BDE2E4

5113E776-8FA8-4505-BE74-DEBC900F9739

Canal Turf

468C1F4D-F447-4F09-A150-DD1D62989B9E

20 janvier 2020 : Davidson du Pont à Grosbois

Image de prévisualisation YouTube

Le brelan d’as de JMB sur Equidia

Image de prévisualisation YouTube

Paris Turf

2CDC12B0-796D-41F2-83C6-3D64CCFCA180

Davidson du Pont et JMB rentrent du boulot…

95C9381F-54F4-4832-861E-028DBF8464AE

CD981F8A-3CCA-4173-8313-652E4F6EE2B8

E38F648B-BDCC-4A2A-83CE-B5DCDCCCE71D
1D779D4A-8BAD-4393-84EF-E7B0BE3E58C5

E39667F2-3B24-49EA-BEDA-140537ED8401
B4505A26-4E02-45A6-9787-14DE69D7C9CE

S.Guarato à propos de ses 3 chances :

5B4E1646-5BF8-40A7-A6B4-FB37C54B19F5

18 janvier 2020 : Le Trot

B534D561-5C98-46CF-A2D8-0AFFBEAAA500

17 janvier 2020 : Le Trot

F4E9874D-31E8-4FD4-AB25-811C35B67900

5A1D5365-A1B3-47E8-9CBD-4E515D6B234C

16 janvier 2020 : extrait de l’interview de Rainer Engelke (éleveur de Face Time Bourbon)

retrouvez l’intégralité de l’interview dans Province Courses

8626553C-A03E-4C41-9D89-0EF79F4075CD

15 janvier 2020 : magnifique résumé des qualifications par Equidia

Image de prévisualisation YouTube

L’Edito de José Covés sur Equidia :

nota : un petit cafouillage dans l’article puisque Davidson du Pont a d’abord gagné le Prix de Bretagne…

8DD816A7-9320-453C-B8EF-E3A24DBDB82D

9461B0AC-C9F1-49D3-8849-4B50D1532723

F930CA01-66BA-47CD-9246-22FFF72F57B8

0A7287E1-1500-4F07-BFAA-06B8A1411B32

E07F2312-341A-4539-B6FC-7BD2EB3324EC

Extraits d’interview de Jos Verbeeck dans Le Parisien :

9E0ECA6C-C2D8-4F18-96AC-0DB95772133E

163FD900-A042-4649-9044-2293DF6C5CF4

Paris-Turf :

E921A30E-E2F2-4D71-8FFC-BA49360AB513

CNews :

C67170D7-8F0B-4FA1-A509-4B8FAB6E3A73

8422141F-96CF-410C-B516-EBB4AE51CF41

3DB8DA52-2B3B-4830-93FA-BBACD15EB732

71B5430D-F678-45AA-8699-C6AAB27C2DC4

9 janvier 2020 : Alexandre Abrivard dans Province Courses

6F0BA386-8FEB-4A9F-92D2-3E3585FA3FA0

2 janvier 2020 : Turfomania

94844552-9E0E-453F-A60F-4306AFE25D1A

30 décembre 2019 :

C44E82EA-2FDB-4DD2-85B3-9A2E751DFBC7

29 décembre 2019 : site du PMU

BF1A2E48-FAE1-42D7-9E27-25673F1F91DC

26 décembre 2019 :

95E288D7-0B81-431A-B480-3679F14272BB

BC56061D-DF61-4A4B-B261-E44C4404A66C

20 décembre 2019 :

La Grande Heure sur Equidia, interview JMB

Ici

Éric Raffin à propos du Grand Prix d’Amérique

20FCA762-ACAE-403F-9954-2989152DAF07

17 décembre 2019 :

2E5C32EB-D887-49C3-8EA0-4830842C0223

10 décembre 2019 : Turfomania a vu clair…

3E763E7B-9640-4682-A2F9-C6142B6FA482

23917CEC-F28A-4FC6-9FBE-FB9BE5787E11

6 décembre 2019 : tiré d’articles sur Bold Eagle…

2091D152-5896-4975-A18C-111D74D3EC46

B2DB8F3A-C08A-48D0-831C-9B8F1126A054

5 décembre 2019 :

180E4C54-BDAC-4D4E-B637-CEDFCBCEA730

30 novembre 2019 : contradictions…

2019 11 30 PT1

2019 11 30 PT2

Jacques Pauc :

2019 12 01 JP1

2019 12 01 JP2

2019 12 01 JP3

18 novembre 2019 : info bookmakers…

349D0A1A-1F6C-46BF-8AF2-6149F622FFD4

What do you want to do ?

New mail

Grand Prix d’Amérique 2020  dans 35 Grand Prix d’Amérique 2020
What do you want to do ?

New mail

 dans 35 Grand Prix d’Amérique 2020
What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Davidson du Pont, Critérium des 5 ans backstage…

7 septembre 2018 :

Un petit montage essentiellement à partir de photos et de quelques vidéos, ça ravive l’envie de revivre à nouveau !

Image de prévisualisation YouTube

4 septembre 2018 :

Une fois n’est pas coutume, je vais m’autoriser une petite « satisfaction personnelle » à l’occasion de cette magnifique victoire de Davidson du Pont ! En effet, en arrivant sur l’hippodrome de Vincennes, sitôt la zone des boxes rejointe à la recherche de Davidson du Pont, j’ai croisé Bruno Jolivet, éminent journaliste de Paris-Turf, qui bien évidemment ne me connaissait pas « physiquement », mais avec qui j’avais eu l’occasion de converser par écrit à l’époque ou il drivait Vulcain du Pont en amateur. Je me permets donc de l’interpeller pour me présenter, ce qui déclenche chez lui un grand sourire et une question immédiate : vous êtes venu voir Davidson du Pont dans le C5 ? Je vous laisse découvrir ma réponse dans l’article qu’il a publié quelques heures plus tard dans son journal… quelle belle surprise !!

2018 09 04 PT1

2018 09 04 PT2

2018 09 04 PT3

2 septembre 2018 :

Quelques photos supplémentaires, dont quelques unes de mon ami Titiduc (du forum de Courses-France), et de Christophe Meyer, merci à eux :

2018 09 02 photo 5

2018 09 02 photo 6

2018 09 02 photo 7

2018 09 02 photo 8

1er septembre 2018 :

Un petit avant-goût du reportage de cette extraordinaire journée du samedi 1er septembre 2018 où Davidson du Pont a remporté avec autorité, à la suite d’une vive lutte avec la courageuse Délia du Pommereux, en patron qui prend ses responsabilités de favori, le Critérium des 5 ans, son 2ème Groupe I, sur le pied de 1’12”5, c’est à dire mieux que Bold Eagle en 2016, seul Up and Quick a fait mieux en 2013 en 1’11”5.

Avant cette course, Jean-Yves Rayon déclarait au journaliste de Province Courses que son cheval, Davidson du Pont, était l’aboutissement et la continuité de l’oeuvre de son père. Nous pouvons lui assurer que la victoire de Davidson du Pont dans ce Critérium des 5 ans n’est que le début d’une autre grande histoire qui mènera le label « du Pont » au sommet du trot français et c’est Jean-Yves Rayon qui est ainsi à son tour récompensé.

N’oublions pas de souligner une fois encore, mais est-ce utile de le répéter, l’incroyable travail de Jean-Michel Bazire qui, bien que perturbé dans la préparation de son cheval, a su oser le pari du déferrage pour un tel événement, puis lui a donné une course en or, tout en prenant la tête au bon moment pour imprimer à la course le rythme qu’il avait décidé, avant de résister tout au long de la ligne droite pour passer le poteau en magnifique vainqueur.

Pour imager cette inoubliable journée, je vous propose simplement une suite chronologique de photos d’avant-course et d’après-course, elles se passent de commentaire… ce reportage sera complété plus tard.

Avant course :

74554A76-A31F-4021-9ACE-F33E3824AAAA

837627AB-0E71-40AC-92AA-81527F25A5FB

C3D9FA3F-592E-4DA2-9C84-F98A2F52ECE1

F3DB1E50-9D84-43EB-9AB3-357FF1F3B52D

1068E482-6699-47CF-9A44-9F3EF1EF6DA8

2E578397-C01F-4D4E-870B-FE15056417A9

3660713D-3662-4A6C-8BAB-743340AD1190

D0B64627-8DF5-42DD-A65A-2EB107F7DC7E

8DE7EA64-2182-48CE-924B-B6F4B035E9A9

1D71AFEE-A757-4F20-8BDA-CBDEEEA04272

1B169213-F1A6-4437-AB7C-603563F6B21D

A1732569-54E5-42C2-B3F9-7F4CD1D52060

5895E9D1-C2C6-4B6D-B912-649D2A4D56D0

Après course :

8625D3AB-EF4F-4527-80A1-1565C966B074

40395203_2195181574061080_1223457473336180736_n

40501163_304345027040088_3975950813313892352_n

40592158_2124664671080146_4695560759713726464_n

40567809_689239278104428_8027286046498619392_n

A8DE05EA-8A4F-497B-8A7A-95F060E3B061

40596490_1818129238236636_8574064859639971840_n

40542982_239403146758445_4658354922612326400_n

40556961_1094919910668138_8780509424864198656_n

40575770_472688576560746_8066841827711385600_n

40541127_221713518696223_1975774476163350528_n

40655671_319487445278383_4783371988850704384_n

 

La fin d’une magnifique histoire… mais la saga continue !

27 avril 2017 :

La nouvelle vient de tomber, elle était prévisible, je la craignais tout en sachant qu’il n’y avait plus d’autre solution : la cessation d’entrainement. Ma curiosité était en éveil : Cyrano du Pont à l’entrainement chez Jean-Michel Bazire, D’Artagnan du Pont chez Laurent-Claude Abrivard, Venise Soyer chez Franck Terry, mais tous les trois toujours sous les couleurs de l’écurie Rayon… puis les ventes d’Argentan du 10 mai 2017 et leur catalogue publié sur Internet le confirme : 14 chevaux en vente pour cessation d’entrainement.  

Ventes d'Argentan du 10 mai 2017

Ce n’est pas un secret, Jean-Yves Rayon atteindra les 70 ans cette année, en octobre, et il faut le reconnaître, ce métier est difficile, plus que beaucoup d’autres, et Jean-Yves l’a accompli tout au long de sa longue carrière avec une exemplarité et un professionnalisme qui force le respect.

Bien évidemment, cette décision me touche énormément, ce blog, ce sont des heures passées à mettre à jour mes statistiques, à rechercher les partants, le plaisir à suivre et commenter les résultats, dénicher des photos, des vidéos, et tout cela, je le faisais pour cette écurie qui, un jour, a éveillé en moi un intérêt qui n’a jamais faibli.

Enfant, j’ai d’abord passé des heures à découper des articles de presse pour les coller sur les pages de cahiers, puis Internet est arrivé et a donné l’impression de faciliter les choses… et ce blog est né.

Mais si ce blog est né, c’est parce qu’une histoire a éveillé ma curiosité, celle d’un jeune driver appelé Jean-Yves Rayon, au sulky d’une jument de caractère, au nom inoubliable pour moi : Costa Rica II.

Un jour, je devais avoir une quinzaine d’année, j’ai rencontré Jean-Yves à La Capelle, anonymement, juste en admirateur. Quelques années plus tard, j’ai osé lui écrire pour lui décrire ma passion, le but étant de le réconforter sur son lit d’hôpital ou il se remettait d’un accident de cheval… Quelques mois plus tard, je me suis arrangé pour visiter le Haras de la Coquenne, ou j’ai croisé quelques secondes Mr Albert Rayon avant qu’un membre de son équipe ne me fasse visiter les boxes ou j’ai pu admirer Le Loir, Vallauris du Pont, Duc de Feulavoir et je crois Jacques des Blaves… quel souvenir !

Plusieurs dizaines d’années plus tard, j’ai à nouveau rencontré Jean-Yves à Vittel, j’avais imprimé des extraits de mon blog et je me souviens de sa réaction, il m’avait déclaré timidement : pourquoi tant d’intérêt pour moi ? je ne le mérite pas !

Et les choses se sont accélérées car Jean-Yves eut la gentillesse de m’inviter à La Ferme du Pont et à Grosbois. Quels moments j’ai vécu, quels souvenirs ! Entre un apéritif partagé avec Jean-Yves et son épouse, les longues discussions avec Loic et Sophie, des amis qu’on regrette de ne pas voir assez souvent, les explications techniques d’Alex, prolongées aujourd’hui sur les réseaux sociaux, les tours de pistes en duo avec Remy au sulky d’Un Amour du Pont, la rencontre de Gisèle, sœur de Jean-Yves avec qui j’aime partager nos idées de noms de baptêmes des nouveaux nés de l’écurie, jusqu’à ce grand moment ou j’ai pu faire la connaissance de Mr Albert Rayon, un grand homme, fatigué d’une longue vie pleine de réussite mais aussi de revers, affaibli par l’âge et les accidents de la vie, mais avec l’œil, la parole et l’esprit toujours vif et intact. Je l’entend encore me dire : « bon, je vous emmène voir Pacha au pré, je sais ou il est, prenez votre voiture, je vous guide ». Je ne me suis pas fait prier…

J’y suis retourné plusieurs fois, Loic m’a consacré de son temps pour me présenter Jalba, Ismaël, les jeunes, les blessés au repos, les mamans, les bébés, ….

La caractéristique de cette écurie, je l’ai remarqué dès mon plus jeune âge, c’est le calme et la gentillesse de ses chevaux. A La Capelle, le lad allait au camion et laissait la porte du box ouverte et que ce soit Cyrano du Pont (le vieux), Chérie de Tracy ou Costa Rica II, aucun ne bougeait.. Je sais aujourd’hui que cette gentillesse était aussi la caractéristique du comportement de Jean-Yves avec ses chevaux.

Des bons moments, j’en ai également partagé sur Internet avec les membres de l’équipe de Grosbois : Jonnhy Delforge, Léa Ropero, Marie Declercq, Marie Morandeau, et surtout Mickaël Jangal et Francesco Barisi.

Cesser l’entrainement ne veut bien sur pas dire cesser l’élevage… les petits enfants Céline Bazire, fille de Jean-Yves, et Guillaume Covès, fils de Gisèle sont là, et l’élevage n’est pas une nouveauté pour eux !

De mon coté, j’ai hésité avant de prendre une décision quant à la poursuite de ce blog, mais Gisèle m’a convaincu…, même si une chose est certaine, il ne sera plus tout à fait pareil…

JYR1

JYR

Je me permets de corriger les informations de Paris-Turf : dans sa carrière de driver, Jean-Yves Rayon a disputé :
- 6116 courses,
- il a remporté 1111 victoires soit 18,2%,
- 530 deuxième place,
- 523 troisième place soit 35,4% dans les 3 premiers,
- 534 quatrième place
- et 467 cinquième places soit 51,7% dans les 5 premiers.

Des statistiques de très haut niveau !!!

Nota : Paris-Turf a rapidement corrigé son erreur, merci.

JYR2

Et comme si le destin voulait apporter sa touche, au moment ou Jean-Yves décide d’arrêter, son petit-fils Nicolas Bazire, fils de Jean-Michel Bazire et de Céline Rayon, la fille de Jean-Yves, débute en course ce dimanche 30 avril 2017 à Neuillé-Pont-Pierre. Magnifique !

18195089_1186249911496984_6327372687576798994_n(1)

Bon sang ne saurait mentir : Nicolas début sa carrière par une victoire, bravo à lui !!

N.Bazire

N.Bazire1

11 juin 2017 : très bel article paru dans Paris-Turf, signé Christophe Meyer

 JYR3

JYR4

JYR5

Les chevaux rebelles

Cette rubrique me « trottait » dans la tête depuis pas mal de temps, et j’ai décidé de me lancer aujourd’hui : vous faire découvrir, ou simplement écouter si vous connaissez déjà, des chansons que je qualifierai de particulières…

Et pour commencer cette série, je n’hésites pas une seconde : un titre de Maxime Le Forestier que j’ai découvert en live, à Belfort, lors de sa tournée intitulée « Plutôt guitare ». Pour cette occasion, et sur ce titre, il était accompagné de Jean-Felix Lalanne, véritable prodige de la guitare. Le titre de cette chanson « les chevaux rebelles » se passe d’explications, il suffit d’écouter les paroles magnifiques de Maxime, et les séquences guitare de Jean-Felix sont tout simplement exceptionnelles !

Pour la petite histoire, les turfistes savent que Maxime Le Forestier adore les chevaux, il monte d’ailleurs très souvent, et il était même propriétaire de l’excellent trotteur Rachmaninov Seven, un fils de Korean et Indiana du Pont (Pelican du PontRolls du Pont)…

Image de prévisualisation YouTube

Tina du Pont part en retraite bien méritée !

La nouvelle vient de tomber : c’est la fin de carrière en course pour la méritante Tina du Pont. Mickaël Jangal l’a annoncé le 18 mars 2015 en publiant une magnifique photo de Tina du Pont en promenade à Grosbois :

retraite Tina du Pont

C’est l’occasion de revenir sur la magnifique carrière de Tina du Pont

Née le 12 mai 2007 de l’union de Urfist des Près et Dona du Pont, on peut noter que Tina du Pont bénéficiait d’origine en or !

Son père Urfist des Près n’est plus à présenter : c’est le père de nombreux cracks, citons Quoumba de Guez et Nègre du Digeon dont les gains en courses ont dépassé le million d’euros, mais aussi Fiesta d’Anjou, Rapide du Digeon, ou encore Ico Kiki. A l’heure ou j’écris ces lignes, Tina du Pont occupe la 15ème place aux gains des produits d’Urfist des Près. Notons également que coté « du Pont« , Urfist des Près est aussi le père de Sapin du Pont, lui aussi très estimé mais malheureusement blessé depuis juillet 2013.

Sa mère Dona du Pont avait déjà annoncé ses excellentes possibilités de poulinières en donnant Prince du Pont, trop rapidement disparu en 2007 après 5 victoires en 8 sorties. Dona du Pont est la fille de Kama du Pont (par Quito de Talonnay), ce qui veut dire que c’est la sœur de Alba du Pont (Jalba du Pont, Lalba du Pont, Pacha du Pont,…) et de Violetta du Pont (Kenya du Pont, Petunia du Pont, Soprano du Pont,…). 

Tina du Pont s’est qualifiée le 24 septembre 2009 à Caen dans le modeste temps de 1’21″1, puis a effectué ses débuts en course le 29 août 2010 à La Capelle en se classant 2ème en 1’20″5 (avec Thibault Viet au sulky (n°3), ce jour là elle devançait Jean-Yves au sulky de sa compagne d’écurie Tequila du Pont (n°2) qui finissait 3ème).

Tina du Pont (et Tequila du Pont)

Un mois plus tard (25/09), elle ouvrait son compteur de victoire en remportant sa deuxième course à Reims avec Jean-Yves au sulky.

Elle progressait ensuite assez rapidement, améliorant son record à 7 reprises pour atteindre les 1’12″6 le 10 février 2006 à Vincennes, sur les 2100 m de la grande piste avec départ à l’autostart (n°15) en se classant 4ème.

Vincennes - C1 - 10/02/2014

Elle a participé à 11 Quintés, se classant 1 fois 2ème, 1 fois 3ème et 2 fois 4ème.

Sur sa carrière générale, en 51 sorties, elle remporte 7 victoires (14%), et termine 12 fois 2ème et 3 fois 3ème (43% dans les 3) et rentre 34 fois aux balances (67%). Elle ne sera distancée que 9 fois (18%). Elle totalise 233 690€ de gains, soit 4 582 € par course, et sa dernière course s’est donc déroulée le 24 février 2015 à Laval ou elle se classe 2ème.

Voici quelques photos de ses plus belles arrivées :

Enghien - C7 - 02/07/2011

2 juillet 2011 – Enghien – 1ère – Tina du Pont (T.Viet)

Tina du Pont 2 juillet 2011poteau

2 juillet 2011 – Enghien – 1ère – Tina du Pont (T.Viet)  

Tina du Pont 2 juillet 2011 balances

2 juillet 2011 – Enghien avec Thibault Viet et Mickaël Jangal

Vincennes - C4 - 27/12/2011

27 décembre 2011 – Vincennes – 1ère – Tina du Pont (T.Viet) – Ce jour là, Tamara du Pont (JY.Rayon) se classait 3ème.  

Vincennes - C5 - 02/02/2012

2 février 2012 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet) 

Enghien - C7 - 24/02/2012

24 février 2012 – Enghien – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Vincennes - C8 - 02/12/2012

2 décembre 2012 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Vincennes - C3 - 25/12/2012

25 décembre 2012 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Vincennes - C6 - 02/01/2013

2 janvier 2013 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Vincennes - C5 - 19/01/2014

19 janvier 2014 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Tina du Pont 21 avril 2014

21 avril 2014 – Maure de Bretagne – 1ère – Tina du Pont (T.Viet)

Vincennes - C1 - 19/12/2014

19 décembre 2014 – Vincennes – 2ème – Tina du Pont (T.Viet)

Je pense que Jean-Yves, fin connaisseur en cyclisme, ne me contredira pas : après avoir vu cette série de photo, nous pouvons qualifier Tina du Pont de « Poulidor » du trot attelé !

Tina du Pont va donc rejoindre la ferme du Pont pour un nouvelle carrière, celle de poulinière, et vous pouvez compter sur moi, vous aurez vite de ses nouvelles. Merci Tina du Pont pour cette belle histoire.

 

 

Qui est Jean-Yves Rayon ?

Jean-Yves Rayon, né le 11 octobre 1947, est un entraîneur – driver de chevaux trotteurs. Ce blog est également consacré à l’histoire des chevaux de l’élevage du Pont.

Jean-Yves Rayon

Tout jeune, Jean-Yves n’était pas spécialement attiré par les trotteurs, c’était même une véritable corvée que d’accompagner, chaque dimanche, ses parents sur les hippodromes. Trois hommes seront à l’origine de sa vocation : son père, Albert Rayon, et 2 amis de la famille : Jean-René Gougeon et Michel-Marcel Gougeon.

Albert Rayon, un important cultivateur et éleveur de bovins installé à la Ferme du Pont, à Fleuré dans l’Orne, est l’ami de Marcel Gougeon, qui a 2 fils : Jean-René, qui plus tard sera surnommé « le Pape de Vincennes » au regard de son palmarès : 8 victoires dans le Prix d’Amérique 6 dans le Prix de France et 7 dans le Prix de Paris et Michel-Marcel dit « Minou » qui lui triomphera 3 fois dans le Prix d’Amérique, et 7 fois dans le Prix de Cornulier. À eux deux, les frères Gougeon totaliseront plus de 5000 victoires !

Un jour de 1945, à la gare de L’Aigle, Albert achète sa première jument : Ursuline IV. Elle porte dans ses flancs un produit qui va naître et qui sera baptisé Céline R (Céline, le nom que portera sa petite fille plus de trente ans après, et R comme Rayon). À cette époque, il était possible d’ajouter une initiale après un nom, c’est maintenant interdit, et les trotteurs portent communément le nom du haras ou ils sont nés : les produits Rayon s’appellent aujourd’hui — du Pont.

Ursuline IV produira Diane R, Kadsura du Pont (mère du classique Upsal du Pont vainqueur d’un Groupe 1 le Prix d’Essai, et qui un jour donnera du fil à retordre à une certaine Une de Mai), Fleur du Pont (mère du semi-classique Vallauris du Pont) et Hiatus du Pont.

C’est sous la poigne de « Minou » Gougeon que Fleur du Pont apportera la 1re victoire de la casaque Rayon (casaque verte, manches jaune, toque rouge) à Vincennes en 1951.

Casaque Rayon

Les couleurs Rayon brilleront pendant les années 60 avec des chevaux comme Upsal du Pont, qui remporte au monté le Prix d’Essai (Groupe I) et le Prix Marcillac (Groupe II), et le Prix Abel Bassigny (Groupe II) à l’attelé, et se classera 2ème du Critérium des 3 ans, mais aussi avec Vallauris du Pont, 3ème du Prix du Calvados (monté – Groupe II) qui deviendra un des chefs de file de l’élevage du Pont.

Dans le même temps, Albert Rayon eut la main heureuse en achetant, pour son fils, Orchita puis Royale Poulotte. Avec Orchita, Jean-Yves Rayon gagne 35 courses chez les amateurs (dont 2 le même jour) et sa première grande joie fut de battre, sur l’Hippodrome d’Argentan, l’excellent Martini II qui devait faire par la suite une très grande carrière aux États-Unis.

Chez les amateurs, Jean-Yves Rayon fut cinq fois champion de France, totalisant plus de 250 victoires. Il faut dire que pendant cette période d’apprentissage, ces maîtres sont les frères Gougeon…

N’ayant plus rien à prouver chez les amateurs, le 1er janvier 1971, Jean-Yves Rayon décide de faire le grand pas en passant professionnel. Il constatera vite qu’il existe un fossé entre les amateurs et les professionnels, que les courses se déroulent différemment, et que le jeune débutant était attendu au tournant.

La consécration arrive le 4 février 1973 avec sa première victoire en tiercé avec Costa Rica II, une jument que son père venait d’acheter quelques semaines auparavant. Cette jument gardera une place particulière dans le cœur de Jean-Yves Rayon, et lui apportera rapidement sa première grande performance dans un Classique avec une 2e place dans le Prix de Paris, le 11 février 1973, battue d’une longueur par la majestueuse Une de Mai, mais devant des ténors comme Arménie, Tidalium Pélo, Véronique R et Tony M.

Pour revoir cette course (merci VarenneFan) : ici

Prix de Paris 1973

Costa Rica II a également apporté une très belle victoire à Jean-Yves dans le Prix de Nevers en 1973. Ci joint la vidéo de la course, après avoir regardé le Prix de France 73 de Tony M: ici

Le 9 février 1975, il remporte son 2e tiercé, à très grosses cotes (45/1) avec Chara dans le Prix de Chateaudun.

Jean-Yves a également la particularité d’avoir remporté la même course deux années de suite, à très grosses cotes :

- le 5 août 1975, il remporte à Enghien un handicap, le Prix du Temple ou 23 trotteurs s’élancent sur 2800 m, avec rendements de 12 mètres, 25 mètres, 37 mètres et 50 mètres. Duc de Feulavoir (futur étalon maison), magnifique mâle bai de 6 ans, triomphe à 49/1, devant Espoir de Loire (M.Vaudoit) et Emèse.

- le 5 août 1976, il remporte ce même Prix du Temple, ou cette fois 25 trotteurs s’élancaient , et c’est Févaron, un  puissant hongre alezan de 5 ans qui l’emporte à 42/1 devant Erkis (H.Cogné) et Fanfan de Bouère (A.Sionneau). Si ce n’est de la récidive…

D’autres chevaux ont également marqué ces années 70 comme Elu du Magnet et Fruit Rose qui deviendront plus tard des étalons maison, notons aussi Equilibriste, Falifiemel et Gino Dop.

Mais c’est avec Italia du Pont (née en 1974) que Jean-Yves va enfin enchaîner plusieurs participations à des Classiques, et affronter les ténors de cette génération. Battu d’une encolure par Idéal de Gazeau dans le Critérium des Jeunes, Jean-Yves prendra sa revanche sur ce dernier dans le Critérium des 3 ans, mais sera malheureusement battu par Ivory Queen. Italia du Pont affrontera à de nombreuses reprises ces 2 cracks en Groupe I et II. Elle se classera trois fois 2ème de Groupe II, et quatre fois 2ème de Groupe III.

Isard du Pont, exporté à Malte ou il est devenu une véritable coqueluche, Kashmir du Pont (né en 1976) tout comme Moscova du Pont (née en 1978) ont bien bataillé, cette dernière notamment sous la selle (3ème du Prix Louis Le Bourg – Groupe II).

La génération des N (nés en 1979) fut également prometteuse avec des noms comme Noble du Pont (3ème du Prix Capucine – Groupe I, 2ème du Prix Maurice de Gheest – Groupe II, 3ème des Prix Kalmia et Henri Crevoisier – Groupe II), Nobel du Pont (2ème du Prix de Genève – Groupe III), futur étalon maison, Naiade du Pont, Naive du Pont et Nuit du Pont, mais c’est avec Pélican du Pont (né en 1980) que Jean-Yves va se frotter à nouveau au gratin d’une génération avec des noms comme Pontcaral, Passionnant et Pan de la Vaudère. Il remportera 3 Groupe II, et se classera 2ème ou 3ème sept fois dans des Groupes I, II et III.

D’autres bon souvenirs avec Quasida du Pont (2ème du Prix Marcel Laurent – Groupe I), Quina du Pont et Quetzal du Pont (4ème d’un Groupe II) pour la génération 1982, Rolls du Pont en 1983, Soirée du Pont, Sugar du Pont et Suzy du Pont en 1984, Tamise du Pont en 1985, Urbu du Pont en 1986, Vanic du Pont, Verseau du Pont, Violetta du Pont et Vison du Pont en 1987, Alpaga du Pont et Anisette du Pont en 1988. Les années 80 se sont bien terminées avec Baron du Pont, Best du Pont, mais surtout Baccarat du Pont, qui remportera de nombreuses courses internationales, puis deviendra plus tard un des chefs de file de l’élevage du Pont.  

Les années 90 ont débuté en fanfare avec Cesar du Pont, Cendrilla du Pont, Cumin du Pont, Comtesse du Pont, mais bien évidement celui qui est encore aujourd’hui le premier par les gains, le détenteur du plus beau palmarès, le majestueux Courlis du Pont. Vendu par Albert Rayon après des débuts prometteurs, Courlis du Pont a presque tout gagné dans sa discipline, le trot monté : le Prix de Normandie, le Prix du Président de la République, 2 fois le Prix des Elites, le Prix de l’Ile de France. Une seule manque à son palmarès, c’est la plus belle, le Prix du Cornulier, ou il sera battu par Arcadia, malgré un retour fabuleux. 

Dalida du Pont et Duc du Pont pour 1991, Eldorado du Pont (2ème du Prix Henri Ballière – monté Groupe II), Eclair du Pont, Eros du Pont, Eva du Pont et Exciting du Pont pour 1992, First du Pont, Faillarde du Pont et Flan du Pont en 1993, Hondina du Pont et Hermionos du Pont (3ème puis 5ème en Groupe II) en 1995, Ilot du Pont, Indiana du Pont et Ismaël du Pont (futur étalon maison) en 1996, tous ont laissé une trace par le niveau de leur gains et/ou de bon résultats en Groupe.

Mais dans cette décennie, c’est Jalba du Pont qui va marquer les esprits. Née en 1996, elle va permettre à Jean-Yves de disputer 3 Prix d’Amérique, de remporter un Prix de Bretagne et le Prix de la Marne, de terminer 2ème du Prix de Paris et 3ème du Critérium des 5 ans.

Jamaique du Pont, Jezabelle du Pont et Juky du Pont, elles aussi nées en 1996, se sont également bien comportées. L’année 1998 a été très bonne, avec les naissances de Kenya du Pont, Kelly du Pont, Karma du Pont, Kassia du Pont et Kateline du Pont. Les années 90 se sont finies avec les belles carrières de Lalba du Pont, Luriana du Pont et Lys du Pont (1999).

Les années 2000 débutent avec Marquis du Pont, Marco du Pont et Missouri du Pont, alors que Nabab du Pont, Narval du Pont et Newton du Pont poursuivent en 2001. En 2002, Orage du Pont, Océane du Pont et Othello du Pont tirent leur épingle du jeu. L’année 2003 est sans doute une des plus prolifiques pour l’écurie avec le prometteur Pacha du Pont qui malheureusement n’aura pas eu la carrière attendue suite à de trop nombreuses interruption de carrières suite à blessures. Premier du Pont, Prairie du Pont, Pétunia du Pont, Plymouth du Pont, Parade du Pont et le trop tôt disparu Prince du Pont complètent cette magnifique génération des P.    

Jean-Yves Rayon, Jean-Yves du Pont

Le 2 février 2009, c’est ainsi que Jeoffrey Bereti, journaliste de Zone-Turf.fr titrait un bel interview de Jean-Yves.

jeanyvesrayon2009.jpg

Jean-Yves Rayon est à la tête du label du Pont (Scoopdyga)
 
Jean-Yves Rayon a un parcours atypique, ayant débuté dans le rang des amateurs. Beau-père de Jean-Michel Bazire, il est un homme très connu grâce à son élevage « du Pont », dont sont issus Baccarat, Jalba et Lalba du Pont. Zone-Turf a rencontré cet homme sympathique afin de prendre des nouvelles de son écurie.
Jean-Yves, pouvez-vous rapidement revenir sur votre début de carrière, assez atypique ?
A l’époque, il n’y avait pas d’école pour les lads jockey comme aujourd’hui avec Grosbois ou Graignes par exemple. J’ai donc décidé de continuer mes études. On ne pouvait pas être apprenti et faire autre chose à côté, d’où mon choix pour l’amateurisme. J’avais 16 ans. Je suis passé professionnel à l’âge de 22 ans, c’était en 1970.
Pensez-vous qu’un tel parcours est envisageable aujourd’hui ?
Je pense qu’un jeune peut parfaitement passer par les amateurs avant de devenir professionnel. S’il a de quoi bien démarrer, une écurie de confiance, pourquoi pas.
Passons désormais à votre actualité. Comment analysez-vous le début du meeting pour votre écurie ?
Ce n’est pas un bon hiver. Mes chevaux se retrouvent avec des gains « bâtards ». Soit ils sont trop riches, soit ils ne le sont pas assez et sont donc éliminés. J’ai loupé le meeting avec Pétunia (NDLR : du Pont), Pacha lui, est à court de condition après avoir été arrêté. J’avais aussi trois « R » qui s’annonçaient bien, mais ils n’ont pas fait le meeting souhaité. Relook de Sausseau et Radieux du Pont ne sont toutefois pas à condamner, car ils peuvent encore s’illustrer. Rumba du Pont m’a quant à elle, beaucoup déçu.
Du coup, qu’attendez-vous des mois à venir ?
Comme chaque année, j’espère réaliser un bon printemps. C’est à cette période que je réalise les meilleures performances. J’aime attendre mes jeunes chevaux, aussi ne sont-ils que rarement prêts pour le meeting d’hiver. En revanche, ils arrivent au top ensuite. Mes « R » et Pacha du Pont notamment seront à suivre de près !
Avez-vous quelques jeunes chevaux à suivre ?
Vous m’en demandez trop ! (rires) Je n’ai pas grand-chose chez les « S », et les « T », c’est trop loin.
Après les jeunes, petit retour en arrière. Comment va Jalba du Pont ?
Elle va très bien. Elle a pouliné d’un « U » par Love You en 2008 et est pleine d’un Coktail Jet. La mise bas est prévue pour bientôt. En revanche, je ne sais pas encore quel sera le prochain étalon.
Vous vous ouvrez à l’extérieur avec Love You et Coktail Jet.
Il faut renouveler un peu notre élevage, le diversifier. Et si aller à Love You me donne une Qualita, pourquoi m’en priverais-je ?
Justement, vous avez un élevage très connu, celui des « du Pont ». Comment se compose-t-il ?
J’ai deux étalons, Ismaël du Pont et Baccarat du Pont. Le premier fait la monte naturelle chez nous, le second est chez Jean-Yves Lhérété. J’ai beaucoup de poulinières, une trentaine, dont Jalba et Alba du Pont. Une nouvelle pourrait les rejoindre prochainement, c’est Lalba du Pont. Tout dépendra de son programme et de sa forme. Si elle ne court pas très bien les prochaines fois, elle rentrera au haras. Le problème, c’est qu’on n’a plus le droit de courir quand une jument a été saillie. Elle pourrait reprendre la compétition en septembre si elle n’est pas pleine, mais on aurait perdu un an. On verra bien …

Jean-Yves Rayon médaillé !

Le 13 novembre 2010, sur l’hippodrome du pays d’Argentan, le président du Sénat Gérard LARCHER a remis à Jean-Yves Rayon la médaille de l’Ordre du mérite agricole, « ce qui est un peu la Légion d’honneur de l’agriculture », souligne le président du Sénat, donnant l’accolade au driver aux 1 095 victoires : « Vous avez su à merveille valoriser la production familiale. » Paraissant plus jeune que ses 63 ans, Jean-Yves Rayon est « très surpris » de recevoir cette distinction, tout en étant ravi de l’honneur rendu (l’Ordre national du Mérite) le même jour à son père dans l’ombre duquel il préfère rester. Sa famille… rayonne sur le monde hippique, cela lui suffit amplement.

Jean-Yves Rayon pronostiqueur !

Le 8 mars 2011 : La 20e Nuit des courses du «Parisien» – «Aujourd’hui en France» a récompensé mardi soir les trente professionnels qui fournissent quotidiennement les pronostics du Quinté. En piste, Jean-Yves Rayon aime pratiquer la course d’attente. Dans notre concours de pronostics réservé aux professionnels du trot, il s’est imposé à la manière des forts. Après avoir rapidement pris la tête de ce challenge, il n’a jamais été rejoint, s’imposant même de loin. Il devance Eric Raffin de près de 400 points et Loïc Groussard de près de 1500 points. Franck Leblanc (4e) et Nicolas Roussel (5e) sont encore plus loin.

1352521courseun.jpg

Les trois vainqueurs de ce challenge (de gauche à droite) : Alexandre Fracas (courses de plat), Jean-Yves Rayon (trotteurs) et François-Marie Cottin (à l’obstacle).

1352521coursedix.jpg

Jean-Yves Rayon, lauréat dans la catégorie des trotteurs, et Jacques Lallain, secrétaire général de la rédaction du «Parisien» – «Aujourd’hui en France».

Confession embarquée :

Printemps 2012 : pour voir l’interview de Jean-Yves et Thibault enregistrée pour Sulky TV, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://torontopat.unblog.fr/2012/03/06/camera-embarquee-de-jean-yves-rayon-et-thibault-viet/

Christophe Pieux….. au trot :

Publié le 8 janvier 2013 par J.Bernardet sur RTL.fr.

Dimanche 6 janvier, à Vincennes, j’ai discuté avec Franck Leblanc, après la belle performance de Pas Sans Toi dans le quinté du jour. L’entraîneur m’a expliqué que depuis trois semaines qu’il avait reçu le cheval, il n’avait eu le temps de rien « inventer », mais qu’il avait changé quelques détails et qu’il avait « mis » son nouveau pensionnaire comme l’ensemble de ses protégés, et qu’avec ces petits « réglages », Pas Sans Toi lui avait effectivement causé une très belle impression, au travail, qu’il n’était surtout pas « cuit » et qu’il avait une belle dernière année à accomplir – sentiment partagé par le pilote, Franck Nivard, que j’avais croisé quelques minutes auparavant.
J’ai alors demandé au professionnel si, comme on me l’avait rapporté, il était bien vrai que Christophe Pieux se rendait régulièrement à Grosbois, dans l’établissement de Franck.
« Oui, il sort quelques uns de mes élèves, il aime ça, et j’avoue qu’il s’y prend bien… »
Le même jour, j’avais salué Thierry Roussel, l’homme de confiance de Franck Leblanc depuis 2 ans, alors qu’il était en compagnie de Jean-Yves Rayon. J’ai lancé aux deux hommes : « Tiens ? Les vieux couples se reforment ? ». Les intéressés ont ri. Il faut préciser que Thierry a été le « premier garçon » de Jean-Yves durant 20 ans, avant de partir 2 ans au service de l’Ecurie des Charmes, puis 6 mois chez Jean-Michel Bazire – qui voulait absolument le garder – (« Mais j’avais donné ma parole à Paul Viel de m’occuper de son effectif à Grosbois… »), 6 mois, donc, chez Paul Viel, qui a alors décidé de se défaire de son « antenne parisienne ».
Ce mardi 8, toujours sur l’hippodrome du plateau de Gravelle, Thierry m’a précisé : « C’est ainsi que je suis entré chez Franck Leblanc, où je me sens vraiment très bien. Quant à Christophe Pieux, qui fait l’unanimité auprès du personnel, il a désormais un bon poulain, chez nous, un « A », que j’ai drivé, dimanche, à Cabourg. Le déroulement a été épouvantable. Nous nous élancions en deuxième ligne, à « 2 » de la corde. J’ai repris, bien sûr, pour me positionner. Le concurrent qui nous précédait s’est enlevé, j’ai dû tout arrêter et donner un coup de guidon. Mon poulain s’est enlevé, se retrouvant loin. J’ai recollé au peloton, en face, j’étais « au petit trot », j’ai décalé, mais un adversaire nous a littéralement « sortis ». Nous sommes revenus conclure huitièmes, en roue libre. On devrait bientôt voir les couleurs « blanche, brassards bleus, toque bleu à étoiles blanches » remettre les pendules à l’heure… 
Et je ne serais pas étonné que l’on voit le « Piou » dans les rangs amateurs…
« Moi non plus… J’ajouterai même, et pourquoi simplement amateur ? J’ai bien vu que ce type hors normes n’aimait pas rester à ne rien faire, et qu’il était toujours prêt à relever des défis. Des mecs comme lui, en obstacle, il n’y en a eu qu’un, comme chez nous, au trot, il n’y en a qu’un, avec une telle volonté, une telle détermination… Je ne te fais pas un dessin : on l’appelle couramment JMB. »
Pas surprenant que les deux « phénomènes » précités soient de grands copains…

Les trotteurs auraient-ils un « tiroir-caisse » dans la tête ?

Publié le 20 février 2013 par J.Bernardet sur RTL.fr.

En évoquant, hier mardi 19 février, dans ces colonnes, Yves Dreux qui avait réussi un joli coup de trois à Vincennes, l’après-midi même, lui qui était un peu passé « à côté » de son meeting, et en ayant rapporté, avant-hier, la très probable décision de Philippe Allaire (et de ses associés) d’arrêter la carrière d’Upper Class (propre sœur de Ready Cash), beaucoup de choses me sont venues à l’esprit.
Tout d’abord, de plus en plus d’écuries – importantes, il faut le préciser, les « petites » ne pouvant se le permettre – se réservent pour l’hiver à Vincennes, avec ses épreuves richement dotées, et viennent s’installer à Grosbois. Les « Bigeon », même du temps d’André-Francis, le père de Jean-Luc et de Christian, ont été parmi les premiers à « déclasser » leurs chevaux durant l’été, les laissant aux champs ou se consacrer, pour les étalons, à la période de monte (phénomène relativement « nouveau » car, il y a 20 ans, il n’était pas concevable qu’un « papa » revienne à la compétition), et les reprenant tranquillement à la fin des beaux jours pour les amener à Vincennes en retard de gains. 
Mais il faut alors savoir respecter un « timing » bien précis, et de par les courses de rentrée et de par l’entraînement, afin de les présenter « au top », ni trop tôt, ni trop tard.
Ainsi Franck Leblanc, dont les premiers partants sur la cendrée, cette saison, ont été moins brillants que les années précédentes, mais qui fait désormais feu de tout bois, est le premier à l’avouer : « Pour ce meeting, à cause de raisons diverses, j’ai repris mes chevaux avec un mois de retard sur mon agenda et, durant ce mois-là, qui s’est reporté à Vincennes, on a souffert… »
Ensuite, trouver les bons engagements et, parfois, pour une disqualification ou une 6ème, au lieu d’une 2ème place, tout s’enchaîne mal, alors que tout devait arriver « pile poil » en suivant, (à l’inverse, un trop bon classement, un jour, peut faire « sauter » plusieurs belles occasions qui devaient ensuite s’offrir à votre protégé)… Bref, il suffit de pas grand-chose pour contrarier certains plans.
Dans le même ordre d’idée, je me souviens d’une conversation, dans l’établissement de Jean-Yves Rayon, il y a déjà un moment puisque Baccarat du Pont était alors son fer de lance.
Le professionnel m’avait expliqué que, pour lui, les trotteurs – sauf les cracks et les chevaux d’exception – avaient, en fonction de leurs possibilités, physiques, mentales, etc… une certaine somme à gagner. D’ailleurs, n’entend-t-on pas souvent des entraîneurs dire, désormais : « Mon élève est maintenant « dans ses gains », et cela devient difficile pour lui… ».
Jean-Yves m’avait donné des exemples concrets et avait poursuivi en me disant qu’en fonction de ce paramètre, c’était à l’entourage de décider comment exploiter le cheval. On pouvait ainsi lui faire tout « prendre » à 2, 3, voire 4 ans (combien de météores a-t-on vu disparaître après des séries de victoires chez les « bébés » ?) ou bien préférer étaler ces gains sur une plus longue période, en espérant, de plus, que l’animal – que l’on avait respecté – allait bien vieillir…
Pour finir, d’autres paramètres sont à prendre en ligne de compte. Les entraîneurs (parfois aussi éleveurs et propriétaires) payent des impôts basés, comme pour tout le monde, sur les « salaires » de l’année précédente. Et combien en ont fait « les frais », c’est le cas de le dire, une fois que le, ou les champion(s) de l’écurie étai(en)t à la retraite ou sur la « touche », ou que l’effectif était moindre, ou encore que la vilaine maladie s’en soit mêlé ? C’est ainsi qu’un grand professionnel (qui plus est, grand formateur) m’a confié, il y a quelques saisons, alors que je ne voyais plus ses représentants en piste et qu’inquiet, je lui avais demandé si un virus avait touché son effectif : « Non, rassure-toi. Ils sont au pré… J’ai fait mon chiffre habituel, en avance sur les autres années, et tout ce que je pourrais engranger maintenant, je le rendrais au fisc dans quelques mois… Je préfère « déclasser » mes représentants et, si tout va bien, on agira de la même façon l’an prochain… »
Eh oui, il faut savoir gérer son entreprise…

La suite : ici

zestjacksband66 |
SuperFlorilège |
land61 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES CREATIONS DE MUMU
| les broderies en follie
| lesmainsdefees